justebonheur

Julie, 20 ans, qui élève seule son fils Lulu est caissière dans un supermarché. Elle attire l'attention d'un client, quinquagénaire aisé à nouveau célibataire. Généreux et désintéressé, Paul invite Julie à passer quelques jours dans sa belle villa de bord de mer en Bretagne. Ils y retrouvent Jérôme, le fils de Paul, qui se remet mal du suicide de sa jeune femme. Gaieté et optimisme reviennent grâce à l'attachante présence du petit Lulu...

 

Ce roman est un de mes coups de coeur de ces derniers mois.
Il débute sur un petit air de Ensemble c'est tout, de Gavalda (ma lecture-bonbon, je l'ai lu et relu je ne sais combien de fois), avec ce petit côté gnan-gnan tout rose qui ne plaira peut-être pas à tous... mais les bons sentiments font parfois tellement de bien.
Agnès Ledig fait se cotoyer des personnages qui n'auraient pas dû se rencontrer mais qui fonctionnent si bien ensemble, et accumule de petites choses, des petits bonheurs quotidiens, de ceux que l'on garde dans sa poche, tout froissés, ou dans une boîte à trésors : tickets de caisse, coquillages, photos, ces petits souvenirs sans prix mais d'une si grande valeur. Les personnages sont vrais, attachants, bourrés de défauts et de légèreté, d'humanité et d'humour. Et parce qu'on s'attache à eux, on éprouve avec eux beaucoup d'émotions, toute une gamme d'émotions, douces et amères, légères et fortes. Parfois, ça déborde, et on se dit (ok, je me dis) qu'on a bien fait de le lire chez soi et pas dans le train ou installé à une terrasse.
Seul bémol en ce qui me concerne : une fin bien trop facile, mais qui ne gache cependant pas le plaisir de cette lecture.

La vie a fait que j'ai pleuré comme une madeleine en le lisant et que cela a fait hésiter certaines personnes à qui j'en ai parlé. Il serait pourtant dommage de se priver de la lecture de ce très beau roman, qui ne se résume heureusement pas à ces passages certes dramatiques, mais écrits avec énormément de sensibilité et de retenue.