anseaume

Le monde de Camille, 25 ans, s'écroule lorsqu'elle se découvre enceinte de l'homme avec qui elle partage ses nuits mais pas beaucoup plus.
« Le plus gros engagement qu'on ait pris ensemble, c'était de se dire qu'on s'appellerait en fin de semaine. C'était quand même un mardi. [...] C'est beaucoup plus que sexuel, c'est beaucoup moins qu'amoureux. C'est nos culs entre deux chaises... »
Son amant claque la porte en apprenant la nouvelle. Commencent alors pour elle douze semaines d'hésitation, entre réunions avec ses amies, rencontres houleuses avec sa famille, et rendez-vous médicaux. Camille fait des listes de « pour » et « contre », désespère en montant les sept étages qui la mènent à sa chambre de bonne, et pleure quand un de ses yaourts vient s'écraser en bas... Le temps file mais elle ne parvient pas à faire son choix : garder l'enfant et l'élever seule, ou s'en séparer et tenter de reprendre le cours normal de sa vie ?

Voila un livre que j'avais repéré dès sa sortie. Sa jolie couverture toute en douceur, son titre, son résumé et les extraits dévoilés me tentaient énormément. Le billet de La fée m'avait fait trépigner. Bref, de passage chez Sophie la semaine dernière, je l'ai quasiment braquée pour repartir avec (je rassure les âmes sensibles : elle avait eu le temps de le lire). 

Et quel bonheur! Je me suis régalée de cette lecture, hélas trop courte. Une seule envie en le refermant : le rouvrir aussitôt, pour retrouver sa narratrice mais aussi et surtout toutes ces petites phrases qui m'avaient fait tilt durant ma lecture et que je n'avais -bêtement- pas notées au fur et à mesure, mais dont je souhaitais garder la trace. Le problème est qu'il faudrait en noter beaucoup...

Julie (qui l'a lu en même temps que moi) parle de perle, et elle a décidément bien choisi le mot. C'est effectivement une perle, dans tous les sens du terme. Un petit bijou offert avec tendresse, une larme qui perle au coin de l'oeil, une perle de sucre comme celles dont on saupoudre les gâteaux avec mon loulou, c'est tout ça et bien plus encore.

On dira peut-être qu'il y a un public-cible pour ce récit et que je ne suis pas loin du coeur de la cible : blogueuse, maman poule qui manque cruellement de sommeil, shootée aux hormones et à l'odeur de leur cou, et qui a acheté, à défaut de culottes Dora, des slips Cars. Ce n'est pas faux, mais aucune raison de bouder son plaisir. Et si le format (des chapitres -courts et sans titre- qui n'en sont pas vraiment, mais s'apparentent plutôt à des billets) rappelle le fait que Camille Anseaume est blogueuse et qu'il s'agit là de son premier roman, il est de toute évidence le format idéal pour ce récit. Il est bien plus adapté à l'alternance de oui, non, je le garde ou pas, par laquelle passe la narratrice qu'un récit plus suivi et conventionnel, dans lequel ce cheminement intérieur aurait été nettement moins bien rendu. Un tout petit rien, c'est une succession de petits riens, d'instantanés, de réflexions et de rencontres. Une succession de phrases percutantes, amusantes, parfois cyniques, mêlant (et c'est incroyable comme l'auteure arrive à ce résultat) le drôle et l'émouvant, mais toujours avec justesse.

J'ai souri, j'ai ri, j'ai été émue, j'ai eu la larme à l'oeil, j'ai vu débouler des souvenirs, des impressions dont je n'avais peut-être même pas eu conscience sur le moment (genre la vendeuse qui devrait vous sauter au cou en apprenant votre grossesse, ou votre incapacité à penser à autre chose, à être autre chose qu'une femme enceinte... même si ça passe après plusieurs semaines), j'ai râlé de ne pas avoir été la première à dire/écrire certaines réflexions... Je me suis reconnue dans un certain nombre de phrases (parce que, célibataire ou pas, "il n'y a pas de bon moment pour avoir un enfant. Que ça ne peut jamais être le bon moment pour faire quelque chose d'aussi inconscient").

C'est un livre qui m'a enchantée aussi bien par la plume de son auteure, vive et à la fois naturelle et très belle, que par le vécu, authentique, de son héroïne. Un livre bourré d'humour, de sensibilité, de fraîcheur et de tendresse, qui me donne envie de le recommander ou de l'offrir aux futures mamans qui croiseraient prochainement ma route. Qui me donne envie, aussi, de (gentiment) secouer Camille Anseaume en lui demandant avec une pointe d'hystérie quand sort son prochain bouquin.

Un vrai beau coup de coeur, vous l'aurez compris. Et je ne résiste pas à l'envie de partager quelques extraits grappillés au fil des pages (il y en avait beaucoup plus, le choix fut difficile)
- Hier, j'étais enceinte. Aujourd'hui, j'attends un bébé.
Avant toi je croyais que tout ça voulait dire la même chose.
- Je suis tombée raide dingue d'un têtard qui deviendra mon enfant.
- Et ce putain de distributeur à billets qui me demande si je veux un ticket. Mais lâchez-moi tous, je n'en sais rien.
- Hier, j’ai vu un cousin que je ne vois pas souvent.
Il a quatorze ans et la voix qui se cherche.
Alors qu’on parlait de toi et que je lui expliquais que tu n’étais pas tout à fait au programme, il m’a dit qu’il trouvait ça cool.
Que souvent les couples attendaient un enfant, lui préparaient une place dans laquelle il n’avait plus qu’à entrer.
Que ta place n’est pas jalonnée, que tu te la feras en prenant l’espace dont tu as besoin, et que ça te donnera une sacrée liberté.
C’est lui qui a raison.