oiseaux

Voici un roman canadien, ça ne m'arrive pas souvent. Je ne sais plus trop comment il est arrivé sur ma liste, j'imagine que j'ai dû le repérer au début du Challenge Rentrée littéraire. Je ne savais pas trop à quoi m'attendre en le débutant. Mais il s'est avéré être une très bonne pioche!

Une photographe souhaite réaliser un travail sur les derniers témoins encore en vie des Grands Feux ayant ravagé l'Ontario au début du XXème siècle. Ce faisant, elle rencontre trois (très) vieilles personnes qui, pour des raisons diverses, ont pris la décision de vivre comme des ermites et sous une fausse identité, au fin fond d'une forêt du grand nord. Ils vivent de la trappe et d'une aide ponctuelle, chacun dans sa cabane, suffisamment éloignés les uns des autres pour ne pas se gêner, assez près cependant pour que se tissent des liens. Et des liens, il en est beaucoup question dans ce très beau roman. On parle ici d'amitié, d'amour, de la vie et de la mort, sans tabou, du changement de vie aussi. J'imagine que certains trouveront qu'il ne se passe pas grand chose, et ils n'auront pas forcément tort. Mais il n'est nul besoin d'action et de rebondissements pour qu'un roman soit riche et intense. Celui-ci est riche d'émotions, de relations, riche de sa nature aussi, tandis que les passages relatant les Grands Feux sont chargés d'intensité.

Il souffle sur ce livre un vent de liberté, de spontanéité, de goût de vivre le temps qui reste. L'écriture est à la fois simple, presque orale parfois, et poétique, délicate, sensible. Elle est aussi très sensorielle, et notamment visuelle, nous plongeant au cœur de ces forêts gigantesques et de la fureur des flammes. Quant aux personnages, bien qu'improbables par certains aspects, ils sont on ne peut plus attachants, humains et bienveillants. Ils ont choisi la solitude, parce qu'ils ont toutes les raisons du monde de le faire, mais ils s'apprivoisent, se découvrent et apprennent à vivre ensemble (plus et mieux, sans doute, que certains vivant sous le même toit). Alors qu'ils se rapprochent de la fin de leur vie, ils ont pris conscience qu'ils peuvent choisir le moment de leur mort, et que c'est cette possibilité, ce choix qui s'offre à eux, qui leur donne envie de vivre et de profiter des jours restants comme ils l'entendent et dans le respect de leurs valeurs. De beaux personnages, vraiment, à la fois fragiles et si forts.

Une très belle découverte que ce roman, tendre et touchant.

rentréelittéraire

 

12/12