chandelles

Allongé dans son lit en costume de deuil, ce 15 février, à l'heure de son anniversaire, Mortimer Décime attend sagement la mort car, depuis son arrière-grand-père, tous les hommes de sa famille sont décédés à onze heures du matin, le jour de leurs 36 ans. 
La poisse serait-elle héréditaire, comme les oreilles décollées ? Y a-t-il un gène de la scoumoune ? Un chromosome du manque de pot ?
Que faire de sa vie, quand le chemin semble tout tracé à cause d'une malédiction familiale ? [...]

Mortimer Decime, héritier d'une longue lignée d'hommes décédés le jour de leurs 36 ans (ils le cherchaient, aussi! Pourquoi diable choisir toujours pour le fils un prénom commençant par Mor- et pour une fille un autre commençant par Vi- ? Franchement? Ce n'est pas titiller le destin, ça? Déjà que de Decime à Décimé, il n'y a qu'un pas)... Bref, Mortimer, donc, persuadé de mourir, comme tous ses ancêtres, le jour de son 36ème anniversaire, attend, allongé sur son lit, dans son costume du dimanche et ses chaussettes imprimées d'oursons. Sauf que... La mort ne vient pas. Ok, je ne vous apprends rien, vous vous en doutiez : s'il devait mourir à la page 7, à quoi donc serviraient les 270 qui suivent? Mortimer ne meurt pas, certes, mais a-t-il pour autant de quoi se réjouir? C'est que, en prévision de son trépas, il avait revendu sa voiture, résilié son bail, démissionné de son travail. Que diable va-t-il bien pouvoir faire des jours, des mois, voire des années qui lui restent à vivre? Et qu'a-t-il fait, avant cela, des 36 printemps qu'il ne pensait pas dépasser?

Je sais en tout cas ce que j'ai fait, moi, pendant deux jours. Je me suis amusée, j'ai rigolé, pouffé, bref j'ai passé un excellent moment grâce à ce roman. J'ai aimé ses personnages hauts en couleurs, en humour et en humanité. J'ai aimé l'écriture de Marie-Sabine Roger; auteur dont, je l'avoue, je n'avais jamais entendu parler avant de découvrir, tout d'abord, la couverture et le titre de ce récit, qui m'ont immédiatement donné envie de plonger sur le résumé, puis dans l'histoire un brin loufoque de Mortimer. J'ai aimé son écriture, disais-je, vive, légère, drôle, avec ces titres de chapitres en forme de clin d'oeil au lecteur. J'ai aimé les dialogues savoureux et percutants de ces personnages qui se sont si bien trouvés. Il flotte en outre sur ce roman un petit air d'Amélie Poulain, qui ne pouvait que me plaire.

C'est donc avec plaisir que j'ai pris place aux côtés de Morty, découvrant l'histoire pleine de surprises de sa folle lignée (les Decime ne rendent pas leur dernier soupir dans leur sommeil, croyez-moi) et de lui-même en particulier. Qu'a-t-il fait de sa vie, lui qui se pensait à la fois immortel et condamné?

Entre situations cocasses, héros truculents et sensibilité sous-jacente, c'est le livre idéal en cette période de morosité automnale, un peu comme une cure de vitamines bien nécessaire. Un livre plein de fantaisie et d'humour, qui offre un vrai moment de bonheur et de bonne humeur donc, mais qui n'oublie cependant pas de nous faire réfléchir un peu à la manière donc nous employons le temps qui nous est donné. 

Dernier petit conseil : avant d'en débuter la lecture, assurez-vous que vous avez de quoi préparer des crêpes. Vous pourriez en ressentir l'envie irrépressible ;-)

 

5ème lecture de la Rentrée Littéraire, et 17ème auteur découvert dans le cadre du challenge de Mira Tomique

challengerl2014

 

5/6

Mira