liberté

"Nous avions à peine vingt ans, et nous rêvions juste de liberté." Ce rêve, la bande d’Hugo va l’exaucer en fuyant la petite ville de Providence pour traverser le pays à moto. Ensemble, ils vont former un clan où l’indépendance et l’amitié règnent en maîtres. Ensemble ils vont, pour le meilleur et pour le pire, découvrir que la liberté se paye cher.

 

J'ai refermé ce roman depuis plus d'une semaine, et je n'ai toujours pas réussi à poser le moindre mot à son sujet. 

Vous connaissez cette impression de connaître depuis toujours une personne que vous rencontrez pourtant pour la première fois? Cette obligation de quitter un ami, de devoir lui dire au revoir alors qu'une boule au fond de la gorge vous empêche de prononcer le moindre mot et que vous êtes sûr de fondre en larmes si vous essayez malgré tout? Ce sentiment d'avoir vécu quelque chose d'unique, qui vous est tombé dessus sans que vous ne vous y attendiez et qui se révélera être le meilleur moment de votre vie? Ben voila, cette lecture, c'est un peu tout ça...

Je n'ai jamais posé le moindre bout de fesse sur une moto, je ne suis jamais partie à l'aventure plus d'une demi-journée, je n'ai jamais fumé le moindre joint (je n'ai jamais rien fumé, en fait, à part des cigarettes en chocolat quand j'étais gamine...). Mais Bohem, je l'aurais suivi n'importe où. Accrochée à sa taille, avec un livre dans ma poche arrière, l'horizon comme destination et les nuits à la belle étoile au pied de la bécane. J'aurais essayé de calmer Oscar, repris une bière et profité du soleil et des potes. 

Dès les premières pages, une fois habituée un style très oral employé avec justesse par l'auteur, j'étais séduite, conquise, ferrée. Dès les premières pages, je me suis attachée à Hugo -dit Bohem- comme cela ne m'était plus arrivé depuis longtemps. Hugo que la vie n'a pas épargné malgré son jeune âge, Hugo le solitaire rejeté par sa famille, Hugo et sa scolarité chaotique, Hugo pour qui l'amitié et la moto compteront bientôt plus que tout. 

Tout au long de ma lecture, j'ai eu le sourire, le vent dans les cheveux et sur la peau, les yeux qui picotent un peu, le coeur qui se serre, l'estomac qui fait un salto sous l'effet de la vitesse, et l'envie de les rejoindre. Je suis passée par toutes les émotions possibles, et je freinais pour ne pas les quitter trop vite, pour que la route se déroule un peu plus loin, pour que le voyage dure un peu plus longtemps. Roman d'initiation, ode à l'amitié, à la liberté, à l'envie de tout plaquer pour vivre la vie qu'on s'est choisie, il m'a fait vibrer pendant quelques trop courtes journées (je vous l'ai dit, je l'ai fait durer) de pur bonheur, avant de me filer une claque magistrale dans les dernières lignes. Je suis restée, je l'avoue, estomaquée, relisant la même phrase deux ou trois fois et sentant mes yeux se mouiller... 

C'est une nouvelle facette du talent d'Henri Lœvenbruck que j'ai pu découvrir, après avoir été déjà très très emballée par Le testament des siècles et Serum (viiiiiiiiite ! la saison 2 !), et ce changement de genre s'avère être une totale réussite, avec ce récit plein d'émotion, de réflexion, d'amitié, d'humour et de vie, sur lequel souffle un grand vent de jeunesse et de liberté. 

J'ai mis plus d'une semaine à le digérer, à m'en libérer, et je n'ai qu'une envie... : m'y replonger.