messe anniversaire

Caroline n'existe plus que dans nos têtes, dans nos souvenirs et dans nos larmes.
Caroline est morte. Il y a un an déjà. Elle avait quinze ans quand sa vie a basculé. Ça s'est passé lors d'une fête entre copains. Elle était là, bien vivante. Et la seconde d'après, elle n'était plus qu'un corps désarticulé sur le béton. Depuis, chacun de ses amis témoins de la scène, apprivoise sa peine, vaille que vaille, dans son coin. Et la vie continue. Il y a Titou, qui déraille un peu, Sophie, qui refuse d'oublier de peur de trahir ; Nico, l'ami d'enfance, celui du premier baiser ; Marilou qui a déménagé et refait sa vie; Alex qui essaie de vivre pleinement et tout de suite, malgré la culpabilité...

Chacun d'entre eux vient de recevoir par la poste un carton d'invitation frappé d'une petite croix grise. Ils sont invités samedi à la messe anniversaire et vont se retrouver après un an de deuil.

 

Olivier Adam a le talent rare de plonger dans les peines, dans les crises, de les décrire avec justesse sans les occulter, mais de le faire surtout avec pudeur, sans tomber dans le misérabilisme ou le morbide.

Je n'avais encore jamais tâté de sa plume jeunesse, mais il compte parmi mes auteurs préférés depuis quelques années (pour l'anecdote, j'ai décidé de l'épouser lorsqu'il a utilisé l'image d'une angine carabinée pour décrire une prestation de Christophe Maé - comme quoi, derrière ses textes sensibles et touchants, il est aussi capable d'humour ^^ ) et j'avais très envie de le découvrir dans cet autre registre. Bon, "registre" au sens du public visé, parce que nous sommes là face à du Adam pur jus quand même. Pas de concession, il reste fidèle à son style habituel sans tomber dans un "jeunisme" artificiel.

C'est un roman polyphonique qu'il nous propose ici. Il débute un an presque jour pour jour après la mort de Caroline, lorsque ses parents organisent une messe à sa mémoire. L'occasion pour chacun de ses amis, présents lors de sa chute, de se replonger dans ses souvenirs. Souvenirs de cette soirée là et des moments qui ont suivi. Souvenirs heureux aussi, des années qui ont précédé, de leurs amitiés, de l'école, d'un premier baiser. Entre manque, sentiment d'injustice, sourires, regrets ou pointe de culpabilité parfois, les chapitres nous emmènent tour à tour dans la tête et le coeur de ces ados dont la vie a brusquement changé. Les adultes, les parents sont évoqués, mais c'est sur ces jeunes et leurs ressentis que l'auteur se centre, et j'ai un peu regretté que l'on n'entre pas davantage dans la peau des adultes. 

Disons-le franchement, on ne lira pas ce roman pour se fendre la poire. Le thème et son traitement font qu'il semblera peut-être plombant à certains, mais je l'ai pour ma part trouvé très sensible, creusant les émotions de ces jeunes confrontés au deuil et à l'absence, que chacun affronte à sa manière, avec des réactions qui lui sont propres. J'ai aimé retrouver sa plume, ses émotions, ses personnages tellement humains. J'aurais souhaité, peut-être, que ce soit un peu plus approfondi, mais je suis habituée à le lire en littérature adulte. Il lui fallait ici s'adapter un minimum à son public, et j'imagine qu'il doit être impensable de proposer aux ados un roman de 450 pages sur ce sujet.

Je suis en tout cas ravie de cette découverte, non seulement parce que j'espère sincèrement que de jeunes lecteurs seront conquis et poursuivront ensuite l'aventure avec lui (tant de belles heures de lecture les attendent dans le registre adulte), mais aussi parce que plein de nouveaux titres m'attendent héhé (et il me vient en tête des idées de pistes pédagogiques, de comparaisons de thèmes, de narration... OMG je vais être obligée de lire Olivier Adam)