La vie des autres : 50 récits de vie incontournables par Albernhe

 

Où je tente de rattraper un peu de mon retard abyssal... 

 

De jeunes auteurs, tels que Pacôme Thiellement, Julie Bonnie et Caroline Boidé, se sont penchés sur 50 récits de vie, tous incontournables, pour transmettre les pulsions de vie qui habitent ces écrits. 

 

Je fus un peu étonnée de prime abord : je m'attendais à un ouvrage collectif, présentant la vie de 50 personnalités. En réalité, il s'agit de la présentation de 50 récits de vie, chaque présentation étant faite par un autre auteur, en une page.
Ainsi, par exemple, Julie Bonnie parle de Bad Girl, l'autobiographie de Nancy Huston; Pacôme Thiellement présente une biographie de Arthur Rimbaud par Enid Starkie; Laure Albernhe se penche sur biographie de Picasso par Clément Oubrerie et Julie Birmant. Peu de réelles découvertes concernant la vie de ces grands personnages, donc; il s'agit davantage d'un catalogue que de véritables récits. Mais outre l'envie de découvrir l'un ou l'autre des ouvrages présentés, j'en retiens notamment la sensibilité qui émane de certains textes, sorte de mise en abîme où un (jeune) auteur relève ce qu'il trouve intéressant dans la vie d'une personne vue par un autre auteur (vous me suivez? j'imagine que non...). On sent l'admiration qu'ils éprouvent pour ces célébrités, même à travers les mots d'un autre.
Ce n'est pas le genre d'ouvrage que l'on lit de A à Z. Plutôt un recueil dans lequel on va grappiller quelques idées, selon nos centres d'intérêt ou nos envies du moment.

J'ai été particulièrement emballée par le récit que fait Julie Bonnie de sa passion pour Nancy Huston (auteure que j'apprécie beaucoup, au demeurant) et de sa rencontre avec elle. Elle a mis en mots ce que j'ai moi-même tant de mal à exprimer quant à ce que m'inspire et m'apporte Olivier Adam depuis que je le lis. C'est là que l'on s'aperçoit qu'au-delà des différences, de ce que l'on recherche dans un texte ou chez un auteur, des caractéristiques de son écriture ou des thèmes qu'il aborde, il y a dans la lecture quelque chose d'universel, une expérience qui, bien que fondamentalement différente (chaque lecteur, chaque auteur, chaque texte, chaque moment de lecture est unique), s'avère finalement partagée par nous tous. Ce texte, je l'ai relu plusieurs fois, et je n'aurais pu mieux exprimer mon ressenti. L'entretien avec Nancy Huston, abordant Romain Gary, est en lui-même également très intéressant.

J'allais dire que je n'avais pas abordé ce recueil en tant que lectrice, mais plutôt en tant qu'enseignante (c'est un outil que j'utiliserai, je pense, pour aborder le récit de vie avec mes élèves), mais finalement, je m'aperçois que c'est bien la lectrice en moi qui y réagit ici.

 

Merci à Babelio et aux Editons du Portrait.