Emma nuit

Deux sœurs disparaissent. Trois ans plus tard, une seule revient. Dit-elle toute la vérité ?
Emma, 17 ans, et Cass, 15 ans, sont les sœurs Tanner, devenues tragiquement célèbres depuis leur inexplicable disparition. Après trois ans d'absence, Cass frappe à la porte de chez ses parents. Elle est seule. Elle raconte comment sa sœur et elle ont été victimes d'un enlèvement puis retenues captives sur une mystérieuse île.

Première découverte de cette auteure qui a semble-t-il déjà fait parler d'elle, ce thriller psychologique fait plutôt bien le job, vous poussant à élaborer toute une série d'hypothèses au fil de la lecture. Avec Cass, on plonge dans les eaux (très) troubles d'une famille (très) dysfonctionnelle chapeautée par une mère (complètement) barrée. Une mère narcissique, qui ne vit en gros que pour s'entendre dire qu'elle est la meilleure épouse, la plus belle, la meilleure mère, la plus chouette, la meilleure belle-mère, la plus sexy, bref la meilleure, mais qui voudrait (faire) croire que c'est sa fille enfin retrouvée qui devrait consulter. L'essentiel du roman tourne donc autour de cette femme odieuse et dangereuse, et on se demande franchement comment ses filles ont réussi à ne pas fuguer (ou l'étrangler) avant même de quitter l'école primaire. 

L'auteur tisse sa toile, patiemment, en même temps que Cass déroule le fil de ses souvenirs, tantôt ceux de son enfance, tantôt ceux de sa disparition, convoquant tour à tour son frère, son beau-frère et ses ravisseurs. On voit les personnages perdre pied, se disputer, se manipuler, et on comprend vite que tout, dans cette famille hautement toxique, n'est que calcul et apparence. 

Au final, Emma dans la nuit s'avère un roman dans lequel j'ai aimé me perdre, que j'ai laissé jouer avec moi, mais qui, très honnêtement, m'a paru un peu trop long et répétitif dans sa structure pour que j'en profite pleinement, même si je comprends bien la démarche de l'auteure et la façon dont elle devait le construire.  

Merci à Babelio et aux éditions Sonatine de m'avoir privée de quelques précieuses heures de sommeil 😉