Porter sa voix

Nous n'avons jamais autant eu l'illusion de pouvoir nous exprimer sur tout, partout et tout le temps. Mais sommes-nous écoutés ? Pour que nos envies, nos rêves puissent exister ailleurs que dans notre esprit, il nous faut apprendre à prendre la parole en public, à défendre clairement nos idées et à instaurer le dialogue. Pourtant la pratique de l'oral reste une compétence peu enseignée dans notre cursus scolaire. Pour beaucoup d'entre nous, elle est source de fragilité sociale et professionnelle.
Stéphane de Freitas a créé et anime depuis 2012 des ateliers de prise de parole auprès de nombreux élèves et d'étudiants. Les résultats sont remarquables. En apprenant à puiser au fond d'eux la force d'un discours authentique, en s'initiant aux techniques oratoires, ils retrouvent confiance et se révèlent aux autres et à eux-mêmes.  


Développer la prise de parole chez les élèves. Ah ça ! pour parler, ils parlent... mais pas forcément quand on le leur demande. Avec certaines classes, je me dis parfois, avec un brin d'ironie, que le meilleur moyen d'obtenir le silence est encore de les évaluer à l'oral...

Blague à part...

Une grande part de notre enseignement repose sur l'écrit, plus que sur l'oral. Parfois pour de mauvaises raisons : taille des classes, hétérogénéité des groupes, résistance des élèves, manque d'assurance dans nos cotations, inadaptation des locaux... L'obstacle le plus important d'après mon expérience - toute relative - me semble avoir trait au manque d'audace, à une certaine timidité des élèves, voire à une réelle angoisse chez certains. Aussi grande gueule qu'ils puissent être dans le groupe, ils n'osent pas prendre la parole quand ils lui font face, notamment par peur du jugement des autres. Certains de mes élèves ont connu des parcours difficiles, faits d'échecs, de troubles de l'apprentissage, de difficultés en lecture, qui les bloquent totalement au moment de prendre la parole, ne serait-ce que pour se présenter ou parler brièvement d'un sujet qui les intéresse. Ce n'est pas la connaissance qui fait défaut, ni la mémorisation qui pose problème, mais la prise de parole elle-même.

D'autre part, les programmes ne nous aident pas toujours (je précise que j'enseigne en Belgique, où nous découvrons actuellement un nouveau programme, très axé sur l'argumentation, à la fois écrite et orale). Nous devons, entre autres compétences, amener les élèves à argumenter, mais dans une relation asymétrique . Autrement dit, en les plaçant dans une position d'infériorité, en situation de demande. Pas forcément passionnant pour eux, à 14-15 ans. Le caractère artificiel des situations d'apprentissage proposées ne les motive alors pas à prendre la parole en veillant à ce que leur message soit le plus clair, le plus convaincant possible... ni à écouter réellement l'autre pour ensuite réagir. 

Pourtant, c'est durant toute leur vie qu'ils devront par la suite s'exprimer correctement, qu'ils seront pénalisés par une communication bancale et une confiance en soi déficiente.

Sans aller forcément jusqu'à l'organisation d'un concours d'éloquence, les enseignants trouveront dans les différentes parties composant cet ouvrage des pistes de réflexion mais aussi des activités qui leur permettront de mettre l'oral davantage au centre de la classe. En proposant aux élèves de prendre conscience de la situation dans laquelle ils prennent place. En instaurant un peu plus d'écoute active, de bienveillance, d'empathie. 

On pourra sélectionner les pistes en fonction du groupe avec lequel on travaille (caractère des élèves, moment de l'activité, but poursuivi : brise-glace, préparation à un examen oral, à un entretien...) et en utiliser certaines dans le cadre de l'entrainement à l'argumentation en général, qu'elle soit orale ou écrite.

Un (gros) livre à découvrir pour la réflexion qui le porte, et à garder à portée de main pour enrichir et diversifier ses pratiques. J'avoue ne pas encore en avoir totalement fait le tour, et attendre de pouvoir d'y pencher de nouveau, à tête reposée, pendant les congés.

Merci à Babelio et aux éditions le Robert.