uneautrevie

Femme au foyer, Julia mène une vie bien rangée à Londres avec son mari et son fils. Lorsqu’elle apprend la mort de sa jeune sœur, Kate, victime d’une agression à Paris, près du canal de l'Ourcq, elle est sous le choc. Les deux sœurs, dont les relations n'ont jamais été faciles, s'étaient perdues de vue. Ne parvenant pas à faire son deuil, Julia décide d’aller à Paris afin d’en savoir plus sur la vie que menait Kate. Là, elle apprend que cette dernière fréquentait assidûment les sites de rencontre en ligne. Le doute s’insinue alors dans son esprit : et si la mort de sa sœur n’était pas due à une simple agression mais à une mauvaise rencontre ? Ne pouvant se débarrasser de cette idée obsédante, Julia décide de se faire passer pour Kate sur le site Internet d’escorts que celle-ci utilisait. Mais, à l’âge des bilans, des remises en question, des ambitions laissées derrière elle, Julia ne réalise pas qu’elle est en train de jouer un jeu dangereux à double titre. Si elle a en effet raison sur les circonstances de la mort de sa sœur, elle prend tous les risques. Et en goûtant à une autre vie, plus excitante, que va-t-il rester de la sienne ?

 

Sixième billet pour le challenge rentrée littéraire (8ème ou 9ème lecture, en réalité, mais j'ai toujours autant de retard dans mes bafouilles), et premier fail (deuxième, en fait, mais le premier finira bien par arriver, j'y crois!)

L'année passée, j'avais adoré Avant d'aller dormir, que j'avais trouvé très réussi et totalement addictif malgré une construction potentiellement assez casse-gueule et répétitive (une femme amnésique se réveille chaque matin en ayant tout oublié de sa vie et de son identité). J'attendais donc avec beaucoup d'impatience ce second roman de S.J. Watson. Mais que ce fut laborieux...

Je vais commencer par le positif; parce que oui, il y en a et parce que sur le papier ça promettait du bonheur.
Le thème, tout d'abord, actuel et assez bien traité, des dangers d'internet. Julia, dans le but de retrouver les hommes avec qui sa soeur était en contact et parmi lesquels pourrait se trouver son meurtrier, plonge dans les sites de rencontres et se retrouve (pardonnez-moi l'expression) dans une merde noire, voyant sa vie totalement chamboulée. Le thème des relations conjugales et familiales, de nos attentes, de nos déceptions, de cette vie quotidienne dans laquelle on s'englue parfois, touchera également pas mal de lecteurs.
Le rythme, ensuite. Après une première partie que j'ai trouvée un peu lente et redondante, mais qui lui permet de ferrer son héroïne en prenant tout son temps, l'auteur entre dans le vif du sujet, et la tension va crescendo. Pour tout dire, je le lisais ce matin dans la salle d'attente du médecin, et 15 minutes plus tard ma tension atteignait des sommets vertigineux (11) (oui, pour moi, c'est presque de l'hypertension). Et là, je me dis que le gaillard est quand même très fort, parce qu'il a réussi à me faire angoisser, à me nouer le ventre, à m'obliger à m'agripper à mon livre, alors qu'il n'y avait... aucun suspense.

Parce que, oui, j'en viens au négatif... J'ai trouvé que, du début à la fin, tout était prévisible. Attention, je ne dis pas que je connaissais dès la page 20 l'identité et les motivations du coupable, mais j'ai trouvé qu'à chaque moment, ce qui se passerait lors du chapitre suivant se voyait comme le nez au milieu de la figure. A aucun moment, donc, je n'ai été un tant soit peu surprise. Du coup, voyant tout venir, je n'ai jamais ressenti autre chose que de l'énervement voire du mépris pour l'héroïne. Et c'est dommage, parce que j'ai trouvé que ça desservait totalement un des messages du roman, concernant les dangers des rencontres en ligne. Là où l'auteur voudrait sans doute que ses lecteurs se disent "Mince, ça pourrait -dans une certaine mesure- être moi, ou ma voisine, ou ma soeur, ou mon pote", bah j'avais juste envie de filer à Julia une grosse gifle pour la secouer... (un peu comme "La fille du train", maintenant que j'y pense, en moins pathétique, mais elles ont plusieurs points communs). J'ai trouvé, à plusieurs reprises, ses réactions complètement débiles, à me faire lever les yeux au ciel. Ce qui m'a également bien fait lever les yeux au ciel, c'est la multiplication des passages "à la 50 nuances de Grey". Ok, c'est à la mode, il y a un filon et un public, mais très peu pour moi. D'une certaine manière, ce roman m'a paru être un melting pot de polar, érotique, thriller psychologique, et j'ai trouvé que ça manquait d'unité, d'une vraie ligne directrice. J'aurais préféré un pur polar, ou un thriller psychologique axé totalement sur la question de l'identité.

Enfin, je l'ai déjà dit lors d'autres lectures, trop de rebondissements tue le rebondissement, bon sang ! Sachez raison garder, par pitié...

En bref, j'ai trouvé que c'était un bon page-turner -aucun problème sur ce point- addictif dans son écriture et son rythme, qui a vraiment réussi à me perturber durant la lecture, mais dont le contenu tarabiscoté m'a franchement laissée sur ma faim. Il ne me reste qu'à attendre le troisième titre de cet auteur, qui m'a jusqu'à présent plutôt convaincue.

 

Je remercie NetGalley pour cette lecture.

 

Challenge Rentrée Littéraire 2015

challengerl2015

6/6

1% atteint