brosse à relire

«Le critique de quotidien est un reporter envoyé en première ligne de la bataille des lettres. Il reçoit les livres de plein fouet, se plonge dans leur lecture avant les autres, et couche sur le papier ses impressions. [...] Son guide, c’est la recherche de la qualité où qu’elle se trouve et, au-delà, puisqu’il est aux avant-postes, celle de la nouveauté, de ce qui est prometteur d’une voie inexplorée, d’une voix inouïe.»
Jacques De Decker

Le présent volume rassemble une partie significative des chroniques que Jacques De Decker a consacrées aux lettres belges francophones, entre 1971 et 2010. Littérature belge d’au­jourd’hui, un autre regard sur une trentaine d’auteurs parmi lesquels Alain Berenboom, Jacques Crickillon, William Cliff, Jacqueline Harpman, Pierre Mertens, Jean Muno, Amélie Nothomb, Jean-Philippe Toussaint, Jean-Pierre Verheggen ou encore Liliane Wouters.

 

Est-il bien nécessaire de préciser que je n'ai, au moment de rédiger cet avis, pas lu l'entièreté de l'ouvrage, qui eut été particulièrement indigeste? Non en raison de ses qualités, bien sûr, mais simplement de son contenu : plus d'une centaine de romans, de 35 auteurs différents, sont ici critiqués. C'est donc un ouvrage qui n'est pas conçu pour être lu de façon linéaire, mais plus en fonction de ses envies, besoins ou curiosités.

Pour être tout à fait franche, j'avais -lors de la dernière édition de Masse Critique- hésité à le cocher, ne sachant trop que penser de cette entreprise, réunissant des critiques parues dans le quotidien Le Soir, entre 1971 et 2010. Comment en apprécier le contenu en l'absence des textes critiqués (que je suis bien loin de tous posséder, et que j'ai encore moins lus dans leur totalité) ? Le principe me paraissait un poil bizarre, avouons-le. Mais le fait qu'il soit consacré à la littérature belge me titillait décidément beaucoup, et je m'étais dit que je pourrais -au pire- l'utiliser comme réserve de critiques dans laquelle piocher pour mes cours. (Et puis le sous-titre, "La brosse à relire", m'éclatait, il faut bien l'avouer). A l'arrivée, je suis heureuse que le hasard et Babelio m'aient justement attribué ce titre plutôt qu'un autre.

J'y suis donc allée comme devant une boîte de chocolat (oh! vous commencez à me connaître, non?), piochant ici ou là ce qui me faisait saliver. Au menu donc, Francis Dannemark, Amélie Nothomb, Eric-Emmanuel Schmitt, Jacqueline Harpman ou encore Xavier Hanotte. Plaisir de lire ces quelques pages consacrées à des auteurs lus et souvent appréciés, à des romans parfois oubliés, de retrouver, exprimés autrement, d'une manière plus juste, plus ciselée, plus professionnelle, les traits et les détails qui me les ont fait aimer. Puis, au hasard, j'ai également grappillé de nouvelles pralines encore inconnues, histoire de m'ouvrir peut-être un peu l'appétit.
Pour chacun des auteurs retenus, plusieurs textes sont généralement critiqués, selon un ordre chronologique. Conséquence appréciable : on peut parfois suivre l'évolution de l'auteur (je pense notamment à Amélie Nothomb, pour laquelle Jacques De Decker pointe le fait qu'elle n'a pas débuté sa carrière en suivant le schéma classique des nouveaux écrivains). Les critiques ne sont pas que des critiques, mais apportent également explications, précisions, comparaisons, formant de ce fait (pour certains auteurs du moins) un ensemble peut-être plus cohérent que ce que l'on pouvait craindre de prime abord.

Jacques De Decker maîtrise bien évidemment son art, après 40 années passées à lire, apprécier, rejeter, décortiquer, expliquer, comparer, conseiller... On trouvera dans ces pages la recherche du mot juste, de l'image parlante, de la comparaison idéale. On y trouvera la somme de culture et de connaissances emmagasinées sur les écrivains belges et leurs oeuvres, celles qui permettent de jeter des ponts entre les textes, entre les époques, entre la littérature et la réalité. De là, le point négatif de l'ouvrage : une liste d'envies qui risque bien de s'allonger, au grand dam de mon banquier..

Un ouvrage particulier, mais -de mon point de vue- intéressant et potentiellement utile sur le plan professionnel.

Je remercie chaleureusement Babelio et les éditions Espace Nord (que je ne manquerai pas d'aller saluer au Salon de l'éducation, on m'a soufflé dans l'oreillette que de nouveaux dossiers pédagogiques sont attendus...)

masse_critique