métamorphose

Tom Cloudman est sans conteste le plus mauvais cascadeur du monde. Ses performances de voltige involontairement comiques le propulsent au sommet de la gloire. Jusqu'à ce qu'un médecin qui le soigne pour une énième fracture décèle chez lui une maladie incurable. Commence alors pour Tom un long séjour hospitalier pour tenter de venir à bout de ce qu'il appelle " la Betterave ". Lors d'une de ses déambulations nocturnes dans les couloirs de l'hôpital, cet homme qui a toujours rêvé de voler rencontre une étrange créature, mi-femme mi-oiseau, qui lui propose le pacte suivant : "Je peux vous transformer en oiseau, ce qui vous sauverait, ruais cela ne sera pas sans conséquences. Pour déclencher votre métamorphose vous devrez faire l'amour avec moi. De cette union naîtra peut-être un enfant. Un risque à accepter." Dans la tradition de ses contes pour grands enfants, Mathias Malzieu nous raconte l'histoire merveilleuse d'un homme qui veut tuer la mort et tutoyer les cieux. Ce faisant il nous livre une réflexion rare sur le pouvoir de la vie, et de l'amour.

Après être tombée amoureuse de La mécanique du coeur -ses personnages, son écriture, son imaginaire- cet été, j'avais envie de poursuivre ma découverte de son auteur, accessoirement chanteur du groupe français Dionysos. 
Malheureusement, cette fois, malgré un début prometteur, la mayonnaise n'a pas pris... J'ai apprécié la découverte de Tom, personnage décalé et loufoque, cascadeur raté conduisant (très mal) un cercueil à pédales. Le style, de nouveau plein de poésie et de fantaisie, m'a dans un premier temps plu. Mais par la suite, ce ne fut plus le cas. Trop de fantaisie tue la fantaisie? Je ne sais pas... L'abondance de jeux de mots et d'images m'a laissé une impression d'articialité et de distance, là où La mécanique du coeur m'avait directement touchée au coeur justement. Les deux romans ont en commun un style particulier et un univers, onirique, poétique, entre rêve et réalité, mais il y a dans celui-ci un aspect trop surréaliste et too much qui ne m'a pas touchée.
Ce fut donc un rendez-vous manqué, mais je n'ai pas l'intention de rester sur cette mauvaise impression et lirai donc certainement Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi.

Avec ce roman, paru en 2011, je participe au Challenge 0 à 9 de Julie : du 11 octobre au 11 novembre, nous lisons cette fois des romans dont l'année de première parution se termine par 1. 

0-9