place-ombres

 

Entre réalisme et magie,
une atmosphère fantastique,
un drame romantique,
un mystère où le surnaturel n’est jamais loin…

 

 

Troisième roman du duo Biefnot/Dannemark, ce titre diffère des deux premiers, à plus d'un titre. Tout d'abord parce qu'il s'agit d'un diptyque, là où La route des coquelicot et Kyrielle Blues entremêlaient les deux plumes sans que l'on puisse savoir qui avait écrit quoi. Ensuite parce que les auteurs s'aventurent dans un genre littéraire différent : le roman fantastique. 

La première partie, Place des ombres, tire son titre du nom d'une place, où emménage Lucie. Jeune étudiante en lettres fraîchement débarquée dans une ville universitaire inconnue, elle se trouve rapidement isolée et, disons-le franchement, plutôt paumée. Ses parents ont rejoint l'Italie, persuadés qu'elle n'a désormais plus besoin d'eux, elle s'est peu à peu éloignée de sa meilleure amie, et ne se lie pratiquement pas avec les autres étudiants. Sa rencontre avec un vieil herboriste l'amène à investir un petit appartement dans un vieil immeuble quasi désert, où des bruits mystérieux ne tardent pas à l'intriguer. 

La seconde partie, Après la brume, se déroule une vingtaine d'années plus tard et se centre cette fois sur Maud, l'amie de Lucie. C'est à présent elle qui doit faire face à une situation particulièrement difficile.

Dans un cas comme dans l'autre, je n'en dirai pas plus, pour ne rien dévoiler.

J'ai trouvé ce roman plutôt perturbant. Principalement, je crois, parce que j'ai trop l'habitude de lire Véronique Biefnot et Francis Dannemark dans un registre plus lumineux. Je ne suis pas forcément lectrice de fantastique (il suffit de parcourir les catégories du blog pour s'en rendre compte), mais je me demandais vraiment ce que pouvait donner leur écriture, cuisinée à cette sauce. Le talent est toujours présent, donnant à ces pages une atmosphère oppressante qu'il est difficile de quitter, d'autant plus que les liens entre les personnages secondaires ne s'esquissent que peu à peu, titillant la curiosité. Si l'histoire est sombre, si les événements sont terribles, les auteurs restent eux-mêmes lorsqu'ils dessinent les relations entre certains de leurs personnages : la douceur, l'inquiétude qu'ils se portent mutuellement, la nostalgie des moments passés ensemble ne sont jamais loin, et en cela ils n'ont pas renié leur écriture en se frottant au genre fantastique. 
J'ai souvent qualifié les romans de Francis Dannemark de lectures hors de la réalité, me plongeant dans une bulle, l'espace de quelques heures. Et je m'aperçois que c'est également le cas ici, malgré le fait qu'il ne s'agit pas cette fois d'une bulle de douceur, de couleurs et de chaleur. J'ai ressenti l'histoire de Lucie et celle de Maud comme constituant des moments hors du temps, tout comme la Place de la montagne aux ombres et le château habité par Maud semblent appartenir à un monde parallèle, à une réalité différente. Pour le côté fantastique, celui qui fait perdre au lecteur ses repères et l'amène à se sentir mal à l'aise, c'est plutôt réussi.

Si ce roman n'a pas été un coup de coeur, cette fois (impossible, je pense, d'avoir un coup de coeur pour un roman fantastique) (vous avez dit "rationnelle"?), si l'histoire est un peu trop surnaturelle pour moi, si j'ai personnellement eu beaucoup de mal à supporter le personnage de Lucie dans la première partie (question de tempérament?), cela ne m'a pas empêché de particulièrement apprécier par exemple l'histoire de l'herboriste ainsi que le personnage de l'instituteur retraité. Reste finalement le principal : le bonheur de retrouver, en filigrane, Biefnot et Dannemark dans ce qu'ils font de mieux : l'humain. 

 

Merci à Francis Dannemark et à Véronique Biefnot pour leur envoi.

Vous pourrez les retrouver, à plusieurs reprises, durant la Foire du Livre de Bruxelles, du 9 au 13 mars.